Vous voilà étudiant, ou jeune diplômé, et vous sentez que le salariat n’est pas fait pour vous… Vous voulez créer votre propre entreprise, monter votre startup ! Mais par où commencer ? Vous n’arrivez pas à trouver une idée de startup ou au contraire vous en avez trop ? Cet article va vous aider à trouver une idée en cherchant avant tout un problème à résoudre. Bonne lecture !

Cet article fait près de 1800 mots, cliquez-ici pour télécharger une infographie résumant les 3 règles pour trouver une idée de startup.

Trouver LA bonne idée de startup ?

Lorsqu’il s’agit de monter une boîte, l’interrogation qui revient le plus souvent est de savoir si on a LA bonne idée de startup qui vaut le coup de se lancer. Mais qu’est-ce qu’une bonne idée me direz-vous ? D’après la plupart des gens, elle se définit comme tel :

  • une idée que personne d’autre n’a eue avant
  • une idée que l’on ne communique pas de peur de se la faire voler
  • une idée qui nécessite un certain de temps de développement mais qui une fois mise sur le marché obtient un succès quasi immédiat

On l’aura compris, la bonne idée de startup est donc celle qui nous fait prendre le moins de risque, qui touche le plus de gens, et qui rapporte le plus d’argent ! Totalement utopique donc.

Tellement utopique que c’est l’un des freins principaux lorsque l’on souhaite entreprendre : devant la montagne d’idées qui se présente à nous, comment savoir laquelle choisir ? Ou, au contraire, comment réussir à trouver une telle idée avant de se lancer si une bonne idée est si utopique ? En fait, comme nous allons le voir maintenant, il ne s’agit pas de trouver une idée qui va valoir des millions, mais un problème qui « coûtent » déjà des millions.

Qu’appelle-t-on « problème » ?

Qu’est-ce que j’entends par « problème qui coûte des millions » ? C’est une problématique rencontrée régulièrement par un certain type de personne, auquel une entreprise va apporter une solution. Par exemple : vous avez besoin de manger tous les jours (problématique), vous allez donc faire vos courses dans un magasin (solution). Vous avez besoin de pouvoir accéder à tous vos fichiers depuis n’importe où (problématique), vous les stockez sur le cloud (solution).

Comme on peut le voir à travers ces deux exemples, les mots « problème » et « problématique » peuvent se substituer au terme « besoin ». C’est d’ailleurs une des premières choses que l’on apprend à l’école concernant les entreprises : une entreprise répond à un besoin.

Mais là je vous vois venir : « Mais Facebook par exemple, ça répond à quel besoin ? ». Il est effectivement moins évident au premier abord de trouver concrètement à quel problème répond Facebook, (comme la plupart des autres réseaux sociaux d’ailleurs), mais il adresse bien un problème en particulier, moins trivial que le besoin de se nourrir mais tout aussi vital : le besoin d’appartenance et d’estime. Ca ne vous rappelle pas furieusement la pyramide de Maslow ?

 

Trouver une idée de startup grâce à la pyramide de Maslow

 

Comme on l’a tous vu au collège ou au lycée, la pyramide de Maslow résume les besoins de tout être humain, des plus basiques (les besoins physiologiques) aux plus superficiels (besoin de s’accomplir, réalisation de soi, etc.). Lorsque le besoin est primaire, les gens considèrent plus facilement qu’il est normal de payer pour l’assouvir (ex : faire les courses pour se nourrir). En revanche, plus le besoin est superficiel, moins il est évident de faire payer les gens pour l’assouvir (c’est pour ça que non, jamais Facebook ne deviendra payant). On peut donc résumer sans pour autant en faire une généralité que plus le besoin est primaire plus les gens sont enclins à payer pour l’assouvir. Ce qui paraît finalement assez paradoxal et soulève quelques problèmes éthiques de notre société actuelle, mais ça c’est une autre histoire ;). Attention, je ne suis pas en train de dire que les gens dépensent de l’argent uniquement pour leurs besoins primaires, je dis simplement que pour les besoins superficiels, les gens ont le choix de décider ou non de dépenser cet l’argent.

Résumons. Nous avons vu que :

  • il ne sert à rien de chercher LA bonne idée de startup, l’idée du siècle, appelez là comme voulez
  • il faut avant tout se focaliser sur un problématique rencontrée par beaucoup de gens
  • le problème (ou besoin) que l’on choisi d’adresser peut dans la grande majorité des cas se placer sur un étage de la pyramide de Maslow qui conditionne la propension qu’ont les gens à dépenser naturellement ou pas de l’argent

Il nous reste maintenant à définir ce qu’est concrètement un bon problème.

 Qu’est-ce qu’un bon problème ?

 

Un bon problème peut se définir comme une problématique que rencontrent les gens tous les jours, à laquelle ils répondent partiellement ou de manière non satisfaisante, tout en y consacrant un certain budget.

 

Si la problématique s’aggrave de jours en jours, c’est encore mieux (par exemple, le réchauffement climatique).

Reprenons les différents points en apportant quelques nuances. Nous partirons du problème suivant : « je dois me déplacer d’un point A à un point B distants de plusieurs kilomètres, je n’ai aucun transport en commun à disposition, ni de moyen de me déplacer autre que mes pieds, et bien sûr il faut absolument que j’y sois le plus rapidement possible (en gros : marcher prendrait trop de temps) ».

  •  Votre cible doit être confrontée à sa problématique tous les jours : On n’a pas forcément un besoin urgent de se déplacer d’un point A à un point B tous les jours me direz-vous. Certes, si l’on prend l’exemple du besoin de se nourrir la problématique est quotidienne. En revanche, se déplacer d’un point A à un point B le plus rapidement possible est un besoin ponctuel mais auquel on peut difficilement se soustraire, il va bien falloir y arriver à ce point B ! Plus que la dimension temporelle de la problématique, ce qu’il est important de retenir ici c’est sa dimension indispensable.
  • Votre cible doit déjà répondre au problème, mais de manière non optimale : C’est un peu le corollaire de la règle ci-dessus. Si votre cible répond déjà au problème, qui plus est de manière non optimale, c’est bien que le problème est quelque part « vital » pour elle. Dans cet exemple je veux me rendre au point B, je me dis donc que je vais appeler un taxi, mais ça soulève plusieurs autres problèmes comme : est-ce que je vais trouver un taxi libre rapidement ? Combien vais-je devoir payer ? Est-ce que le taxi accepte la carte ? Est-ce qu’il y a une borne de taxi proche d’où je suis ? Le chauffeur sera-t-il sympathique ? etc. En gros, j’ai trouvé un moyen de solutionner mon problème, mais ce n’est pas forcément optimal car ça soulève d’autres problématiques…
  • Votre cible doit y consacrer un certain budget : Pas besoin de faire un dessin ici, le taxi me coûtera forcément de l’argent…

Nous voilà donc avec un problème a priori partagé par beaucoup de monde, auquel on ne peut se soustraire, et auquel on répond donc avec une solution non optimale, en dépensant de l’argent. En voilà une belle opportunité pour une idée de startup !

Comme vous me voyez arriver avec mes gros sabots, let met introduce youUber ! Uber est une startup (qui n’a plus grand chose de la startup d’ailleurs), qui vous propose de vous transporter en voiture d’un point A à un point B, en commandant et payant depuis votre smartphone, dans toutes les grandes villes du monde. La solution apportée par Uber répond donc au même problème que la solution apportée par les taxis, mais en apportant a priori un solution plus optimale :

  • plus besoin de se soucier de savoir si un taxi va être libre ou pas, ou s’il y a une borne de taxi proche, je vois directement sur mon smartphone où est le chauffeur le plus proche.
  • je sais directement quel montant je vais devoir payer, et je peux d’ailleurs payer directement sur mon téléphone via l’application. Fini le stress de savoir si le taxi va prendre la carte bleu ! Et je peux vous assurez que quand vous n’avez jamais plus de quelques centimes dans vos poches, ça rassure vraiment 😉
  • les chauffeurs étant notés par les internautes, j’ai peu de chance de me retrouver avec un chauffeur antipathique.

Uber m’apporte donc une solution que je juge meilleure, et je décide d’appeler un Uber plutôt qu’un taxi.

Le cas d’Uber est d’ailleurs un cas d’innovation de rupture qui reflète assez bien la mutation profonde de la société, et les différents problèmes éthiques que cela peut soulever. L' »Uberisation » de la société fera d’ailleurs l’objet d’un prochain article.

Résumé et conseils pratiques

Nous avons vu que chercher une idée de startup dans l’espoir de trouver l’idée du siècle est totalement utopique. Vous pouvez passez des jours et des jours sans jamais trouver. Par contre, toutes les bonnes idées naissent du constat d’un problème, et d’un « bon » problème. On sait que l’on a un bon problème si :

  • il est indispensable à résoudre pour votre cible
  • votre cible le résout mais de manière non optimale
  • votre cible dépense de l’argent pour chercher à le résoudre

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez commencez tout de suite à chercher ce genre de problème. Tout d’abord, posez vous la question de savoir si vous rencontrer ce genre de problématique tous les jours (ou régulièrement). Avez-vous récemment été confronté à une situation où il était pénible d’apporter une solution à votre problématique ?

Si vous trouvez un problème que vous rencontrez régulièrement et qui vous fait pester, essayer de voir avec vos proches s’ils rencontrent ce même genre de problème. Si le problème est partagé par beaucoup de monde et qu’il fait naître chez les gens le même sentiment de lassitude, vous tenez sûrement un truc 😉

Un entrepreneur est avant tout quelqu’un qui est très observateur. En développant votre talent d’observation vous serez plus à même de trouver une problématique rencontrées chez les gens, que vous ne partagez pas forcément.

Les opportunités sont partout, il suffit de savoir les repérer. Maintenant que vous savez comment faire, il ne tient qu’à vous de garder les yeux ouverts pour trouver une idée de startup :)

Si certains points ne vous paraissent pas clairs, ou que vous souhaitez avoir des détails sur d’autres, n’hésitez pas à laisser un commentaire, j’y répondrai avec plaisir ! Notez aussi, comme tout ce que vous lirez, sur ce blog en particulier et sur l’entrepreneuriat en général, qu’il n’existe pas de méthodes miracle pour trouver une idée de startup ni monter une startup à succès, les gens vous prétendant le contraire vous mentent. Il existe des astuces, règles, méthodologies qui peuvent effectivement aider à aller dans la bonne direction mais à chaque fois vous devrez l’adapter à votre projet.

BONUS : cliquez-ici pour télécharger une infographie résumant les 3 règles pour trouver une idée de startup.